Les besoins du corps énergétiques et physiques

Le corps a cinq besoins vitaux, quand ces besoins ne sont pas comblés, il en résulte un mal-être.

Premier besoin : la respiration

Prenez le temps de sentir l’air entrer jusqu’au fond des poumons. Pour ce faire, votre ventre doit se gonfler. La respiration est bonne lorsque vous sentez votre ventre se gonfler en premier, ensuite la poitrine et puis les côtes. Vous savez ainsi que vos poumons sont complètement remplis d’air. Cette respiration doit se faire tout doucement, naturellement, sans forcer. Aussitôt que vous êtes seul, prenez le temps de sentir votre respiration.

Pour vous aider à respirer de cette façon, je vous suggère de faire l’exercice suivant au moins 20 minutes par jour ou deux fois 10 minutes.

  • Respirer en comptant 2 secondes
  • Retenir en comptant 8 secondes
  • Expirer en comptant 4 secondes
  • Pause en comptant 4 secondes
  • Recommencer

Deuxième besoin : l’ingestion

L’ingestion comprend l’eau et la nourriture.

C’est donc par les fruits, légumes et l’eau de mer que l’humain prend le plus d’énergie. Ensuite viennent les autres aliments que la terre nous fournit comme les légumineuses, le riz, le blé, etc. Le reste n’est que garniture et plaisir.

Troisième besoin vital : la digestion et l’assimilation

Il est certain que si vous ne mangez que ce dont votre corps a besoin et au moment où il en a besoin, ceci facilite énormément la digestion et l’assimilation.

Quatrième besoin vital : l’élimination

En vous alimentant de la façon suggérée plus haut, vous ne devriez pas avoir de problèmes d’élimination. Pour aider davantage votre corps dans cette fonction, certaines actions s’avèrent très utiles. Ne vous retenez pas quand votre corps vous indique le besoin d’éliminer. Aidez-le en prenant l’habitude d’aller aux toilettes en vous levant le matin et dans la demi-heure suivant un repas. Pourquoi ? Parce que c’est un réflexe naturel pour le corps de vouloir éliminer l’ancienne nourriture pour faire place à celle qui vient d’être ingérée. Il est aussi naturel d’éliminer le matin au lever vu que votre intestin a fait du travail pendant votre sommeil.

Cinquième besoin : l’exploration et le repos

Ceci comporte bouger, travailler, s’amuser, se reposer et le sommeil.

 

Ayez un bel équilibre dans votre vie

Bien respirer consciemment

  • Manger et boire selon votre faim et vos activités physiques
  • Avoir du plaisir, vous amuser, pas nécessairement prendre un temps à part pour le faire, mais vous amuser tout en ayant d’autres activités. Rire davantage.
  • Vous reposez, prendre des moments de détente, selon vos besoins.
  • Dormir selon vos besoins de sommeil et non selon ce que vous avez appris dans le passé. Vous savez que votre corps a sommeil quand vos yeux deviennent lourds.

 

L’indice PRAL

Tous les aliments que l’on mange donnent naissance, dans le sang et dans le liquide extracellulaire, à des acides et des bases.

Qu’est-ce qui fait qu’un aliment est acidifiant ou basifiant ?

L’acidité ou l’alcalinité d’un aliment dépend schématiquement de trois paramètres :

  •  – la qualité et de la quantité de minéraux qu’il renferme ;
  • – sa teneur en citrates et bicarbonates (souvent liés au potassium)
  • – sa teneur en protéines et la part des acides aminés soufrés dans ces protéines ;

Les minéraux peuvent être classés en deux catégories :

  1. –  les minéraux « acidifiants »  sont le chlore (Cl) comme dans le sel de table, le soufre (S) et le phosphore (P) qui peuvent donner respectivement de l’acide chlorhydrique, sulfurique et phosphorique. On trouve du phosphore en quantité dans les aliments d’origine animale; du soufre dans les protéines céréalières. Pendant la digestion, les acides aminés soufrés qui composent ces protéines sont oxydés et relarguent des sulfates qui vont contribuer à l’acidification via la production d’acide sulfurique.
  2. –  les minéraux « alcalinisants » sont le potassium (K), le calcium (Ca), le magnésium (Mg) et le sodium (Na). Les végétaux renferment beaucoup de ces minéraux.

L’indice PRAL: Qu’est ce que c’est ?

PRAL est l’abréviation de « Potential Renal Acid Load« , ce qui signifie en français « charge rénale acide potentielle ».

L’indice PRAL est un indice théorique qui est calculé sur la base des travaux des Drs Thomas Remer et Friedrich Manz, spécialistes de l’équilibre acide-base à l’Institut de recherche pour la nutrition des enfants à Dortmund en Allemagne. Leur travaux ont été publiés en 1995 dans un article intitulé « Potential renal acid load of foods and its influence on urine pH »(Remer T et al. 1995).

Groupe d'aliments majoritairement alcalinisantsGroupe d'aliments majoritairement acidifiants
FruitsViandes et dérivés
LégumesLait et dérivés
Epices et fines herbesPains, céréales et dérivés
Valeurs de l'indice PRALEvaluation du potentiel acidifiant ou alcalinisant
De 0 à +5Acidifiant FAIBLE
De + 5 à + 15Acidifiant MOYEN
De + 15 et plusAcidifiant FORT
De 0 à - 5Alcalinisant FAIBLE
De - 5 à - 15Alcalinisant MOYEN
De - 15 et moinsAlcalinisant FORT

 Un chiffre à nuancer

Plus le chiffre est élevé, plus l’aliment est acidifiant pour l’organisme et donc potentiellement néfaste pour l’équilibre acide-base du corps. À l’inverse, un aliment dont l’indice PRAL est de l’ordre de + 0,5, sera acidifiant certes mais très faiblement.

Il est important de prendre en compte la quantité d’aliment consommée. Nous rappelons que l’indice PRAL est donné pour 100 g d’aliment. Prenons l’exemple du parmesan. Son indice PRAL atteint des sommets certes (+ 27) mais saupoudrer vos légumes d’une cuillère à café de parmesan n’altérera nullement votre équilibre acide-base.

 

Les limites du PRAL

Le PRAL est intéressant mais il ne permet que d’approcher sommairement la réalité. En effet, il ne tient pas compte de la teneur en bicarbonates et citrates (il fait la supposition que ceux-ci sont liés au potassium). Surtout, il s’appuie pour les protéines sur une teneur en acides aminés soufrés moyenne, dont certains aliments peuvent s’écarter.